A la une

Imprimer
Jan
25

Réforme de la FIFA : de la parole aux actes ?

Council of europe logo

SESSION ORDINAIRE DE 2016 - 1ère partie -
COMPTE RENDU de la deuxième séance du lundi 25 janvier 2016 à 15 heures


Je suis intervenu dans le débat libre pour dénoncer la dérive du système de la FIFA, 4 ans après la présentation d'un rapport devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe destiné à alerter :

(…) M. ROCHEBLOINE (France) – "Ici même, le 25 avril 2012, je défendais mon rapport sur la bonne gouvernance et l’éthique du sport. Quatre années se sont bientôt écoulées : qu’est-ce qui a changé ? Si la Fédération internationale de football – la Fifa – nous montre bien qu’elle cherche à se réformer, que retiendra-t-on en faisant le bilan du temps passé ? Quatre années ! II s’agit de quatre années difficiles. Chacune d’entre elles a donné un peu plus l’image d’un football déconnecté de la réalité, d’un football bafoué, d’un football méprisé.

Rappelons-nous, l’an dernier, les arrestations de membres de son comité exécutif faisant la une des journaux du monde entier. Ces images ont profondément heurté les opinions publiques en Europe, désormais convaincues de l’existence d’un système de corruption et de blanchiment d’argent.

APCEsessiond hiver2016

Imprimer
Jan
23

Visite du Campus à Stelytec St Chamond

Tous les deux ans le groupe APPA (zone d'activité de Stelytec) ouvre ses portes à ses clients en organisant durant une semaine un salon de la filière des métiers du pain. J'ai eu le plaisir de participer à l'ouverture le samedi 23 janvier et de rencontrer de nombreux exposants. Je souhaite beaucoup de succès à Patrick et Pascal RICCI pour cette opération et plus largement à ces entrepreneurs dynamiques.

photo avecRicci redim campus APPA

IMG 0179 redimIMG 0177 redim

Imprimer
Jan
20

Assurer la sécurité des personnels pénitentiaires

Le week-end du 16 janvier,  une voiture a foncé sur deux surveillantes de la prison de Meaux alors qu'elles se trouvaient sur le parking de l'établissement pénitentiaire. Après cette sauvage agression et alors que le ou les chauffards sont toujours activement recherchés, j'ai souhaité interroger Mme la Ministre de la Justice lors de la séance des questions d'actualité au Gouvernement de ce mercredi 20 janvier.

2016 01 20 QAG Assemblee nationale redim J'ai ainsi tenu à rappeler  les conditions difficiles dans lesquelles ces personnels accomplissent leur mission. Il est important de souligner qu'ils peuvent être en danger et qu'il convient de ce fait que l'Etat assure leur sécurité.

Imprimer
Jan
12

J'aime mon coiffeur ! Soutien à la profession

Jaime monCoiffeurJ'ai souhaité intervenir à l'Assemblée nationale pour soutenir l'opération particulièrement originale de l’Union nationale des entreprises de coiffure « J’aime mon coiffeur » et souligner combien, au sens propre, « Coiffeur, c’est un métier » – j’ajouterai, pour ma part, que c’est un beau métier. (Voir la vidéo ou lire l'extrait du compte rendu des débats au Gouvernement) :

M. François Rochebloine. Cette opération a mobilisé des professionnels inquiets après des annonces surprenantes concernant l’éventuelle suppression de l’obligation d’obtention du brevet professionnel pour exercer l’activité de coiffeur.

Déréguler, libéraliser notre économie, ne nous pose pas de problème de principe ; nous pourrions même nous réjouir de cette conversion du Gouvernement à l’esprit d’entreprise. Mais le secteur de la coiffure ne manque pas de dynamisme : rappelons qu’il est le premier secteur de l’artisanat en France, avec 6,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires généré en 2013, pour 82 700 établissements regroupant pas moins de 168 000 actifs, dont 96 000 salariés. En cinq ans, on estime que le nombre d’entreprises du secteur a progressé de 25 %.

Imprimer
Déc
21

Nous ne sommes pas favorables à l'adhésion de la Turquie

2015 12 16 QG Turquie UE2redim (Extrait de la séance du 16 décembre 2015 - questions au Gouvernement sur des sujets européens)

M. le président. La parole est à M. François Rochebloine, pour le groupe de l’Union des démocrates et indépendants.

M. François Rochebloine. Monsieur le Premier ministre, lundi dernier, l’Union européenne relançait le processus d’adhésion de la Turquie en ouvrant le chapitre 17 qui porte sur la politique économique et monétaire.

Cette reprise des négociations intervient alors que l’Europe est confrontée à une crise migratoire sans précédent. Elle soulève des questions d’une particulière gravité que vous ne pouvez et ne devez pas, monsieur le Premier ministre, passer sous silence.

Monsieur le Premier ministre, vous n’ignorez pas que de lourds soupçons pèsent sur le régime turc quant à la nature des relations qu’il entretient avec Daech. Vous n’ignorez pas, non plus, que cette reprise du processus d’adhésion turc est un signal extrêmement négatif envoyé à l’adresse de la Russie que votre Gouvernement s’accorde – enfin – à reconnaître comme un partenaire incontournable pour résoudre le conflit syrien et éradiquer Daech !

Vous n’ignorez par ailleurs pas, et c’est sur ce point que je souhaite vous interroger, que l’Union européenne est à l’heure des choix. Nous estimons que sa survie en dépend.

Aussi, monsieur le Premier ministre, l’Europe doit-elle poursuivre son élargissement en accueillant l’Albanie, la Macédoine, le Monténégro, la Serbie, l’Ukraine, ou la Turquie, ou bien doit-elle approfondir son projet et définir des priorités, en se dotant d’une politique économique, d’une défense et d’une politique migratoire communes ?

Imprimer
Déc
18

Crèche de Noël à Sainte Croix en Jarez

Cette année encore, l'église du très beau village de Sainte Croix en Jarez accueille la crèche de Noël réalisée par Adrien TIDJARIAN, un créateur passionné. J'étais présent pour l'inauguration et j'ai pu dire mon attachement à cette tradition de Noël, bien vivante.

IMG 2134 creche1 redim IMG 2137 crecheSteCroix2 redim

Une impérieuse nécessité, la lutte contre les déficits !

Le redressement des comptes publics est en cours mais il ne pourra venir que de réformes ambitieuses et pérennes.  Ces trente dernières années, trop souvent, nous avons fait les choix de la facilité, travailler toujours moins, déresponsabiliser toujours plus, excuser toujours tout, dépenser toujours davantage.

Augmenter les impôts n’est pas la solution, pas plus que de recourir à l’endettement car très rapidement c’est la France qui va s’appauvrir. Nous n’avons plus le droit de laisser à notre jeunesse la facture de notre laisser-aller.