A la une

Imprimer
Jui
11

Réforme du collège : non à la suppression des classes bilangues pour l'apprentissage de l'allemand

Discussion, en application de l’article 34-1 de la Constitution, de la proposition de résolution de M. Bernard Accoyer visant au maintien des classes bilangues pour l’apprentissage de l’allemand (No 2796).

Intervention dans la discussion générale de M. François ROCHEBLOINE, Député de la Loire, Porte-parole de l'UDI

M. François Rochebloine. Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, les liens singuliers et profonds qui unissent les peuples français et allemand sont, je le crois, l’essence même de l’Europe.
En tout état de cause, ils traduisent une conviction commune, exprimée, cinq années seulement après la capitulation sans conditions de l’Allemagne, par Jean Monnet et Robert Schuman : l’unité des nations européennes exige qu’il soit mis fin à l’antagonisme séculaire entre la France et l’Allemagne.
Ils disent également l’ardente volonté de la France et de l’Allemagne de faire de leur histoire commune une œuvre de paix, une paix construite sur les cendres de la Seconde guerre mondiale. La guerre ayant laissé nos nations orphelines de leur jeunesse, il apparaissait vital que la paix soit scellée en son nom, qu’elle devienne son héritage le plus précieux.

Traite Elysee 1963 Adenauer de gaulle Le 22 janvier 1963, lors de la signature du traité de l’Elysée qui plaçait l’éducation et la jeunesse au cœur de nos relations avec l’Allemagne, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer se sont fait la promesse d’une jeunesse unie par la fraternité.

Imprimer
Jui
10

Quelle reconnaissance pour les anciens combattants ?

Voici quelques semaines, un grand hebdomadaire a consacré un article aux travaux de la Cour des Comptes sur le budget de l'état  la mission "anciens combattants et victimes de guerre" en titrant "Qui veut l'argent des anciens combattants ?".

2015 03LePoint acvg  

Depuis ma première élection à l'Assemblée nationale, j'ai toujours suivi de près la politique conduite par les différents gouvernements en faveur de la mémoire combattante et la défense de la cause des anciens combattants.

J'ai pu demander au Gouvernement, lors de la séance des questions d'actualité du mercredi 10 juin, une prise de position claire sur ce sujet important puisque ce sont environ 3 millions de personnes qui relèvent de l'Office national des anciens combattants (ONAC).

Imprimer
Jui
08

Un statut pour les sportifs de haut niveau

Ce lundi 8 juin, en séance de nuit, j'ai participé au débat de la 1ère lecture sur la proposition de loi visant à protéger les sportifs de haut niveau et professionnels et à sécuriser leur situation juridique et sociale. Au nom de mon groupe, l'UDI, j'ai tenu à rappeller que le sport véhicule des valeurs à partir desquelles nous trouvons l'essence même du pacte républicain. Mais face à la mondialisation que nous connaissons, il est nécessaire de ne pas perdre de vue les enjeux éthiques de la gouvernance du sport, comme les affaires de corruption qui touchent la FIFA en témoignent.

FR Tribune1 1

Imprimer
Jui
03

Politique de l'éducation : mes questions à Mme VALLAUD-BELKACEM

Sur les savoirs fondamentaux et l'intérêt de la dictée

M. François Rochebloine. Madame la ministre, la présentation de votre réforme du collège a suscité de profondes inquiétudes parmi les enseignants et relancé le débat sur l’efficacité et les difficultés de notre système scolaire, madame la ministre. L’éducation nationale a besoin de moyens importants compte tenu de la redéfinition constante de ses missions et des besoins grandissants liés à l’évolution de notre société. Un constat alarmant et largement partagé est dressé depuis plusieurs années au sujet du taux de réussite scolaire. Notre système éducatif, en stagnant, serait ainsi devenu l’un des plus inégalitaires d’Europe. Ce qui est en cause aujourd’hui, c’est la méthode que vous employez pour réformer, qui s’apparente à un nouveau passage en force après la réforme des rythmes scolaires, mais aussi le sentiment que l’acquisition des fondamentaux n’est plus au cœur des programmes. Trop d’élèves entrent au collège sans les maîtriser. Ne serait-il pas plus urgent d’agir à ce niveau avant de mener la réforme contestée du collège ?

Pour tous ces élèves qui ont raté leur apprentissage dès l’école élémentaire, quelles perspectives demeurent ?

Imprimer
Jui
02

Projet de loi "Dialogue social" : encore une occasion manquée !

AssNale drapeaux Des réponses inadaptées face à la crise et au chômage

M. François Rochebloine. Madame la présidente, monsieur le ministre, mes chers collègues, l’article 1er de ce projet de loi visant à renforcer le dialogue social et prétendant assurer une représentation salariale universelle par la création de commissions régionales paritaires composées de salariés et d’employeurs issus de très petites entreprises prend le parti d’alourdir encore notre système institutionnel dans le domaine social. Le seuil retenu montre que l’on considère des entreprises de tailles si diverses que l’on peut s’interroger sur la pertinence d’une démarche qui prétend tout à la fois simplifier et combler une lacune supposée en matière de dialogue entre salariés et employeurs.
Je pourrais, comme nombre de mes collègues, être sensible à la référence introduite par les rapporteurs au Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, rédigé au lendemain de la Libération, qui énonce des principes politiques s’inspirant du programme défini par le Conseil national de la Résistance. Toutefois, dans le contexte économique et social actuel, n’y aurait-il pas lieu de chercher d’autres réponses aux questions que nos concitoyens se posent, alors que notre pays est en panne au plan économique et que nous sommes confrontés depuis longtemps à un chômage de masse ?

Imprimer
Mai
31

Mobilisation pour la défense de la maternité du Gier

IMG 1158 J'ai voulu marquer par ma présence aux côtés des personnels mon attachement à l'Hôpital du Gier et sa maternité.

Une impérieuse nécessité, la lutte contre les déficits !

Le redressement des comptes publics est en cours mais il ne pourra venir que de réformes ambitieuses et pérennes.  Ces trente dernières années, trop souvent, nous avons fait les choix de la facilité, travailler toujours moins, déresponsabiliser toujours plus, excuser toujours tout, dépenser toujours davantage.

Augmenter les impôts n’est pas la solution, pas plus que de recourir à l’endettement car très rapidement c’est la France qui va s’appauvrir. Nous n’avons plus le droit de laisser à notre jeunesse la facture de notre laisser-aller.